AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Mise à jour des postes vacants le 22/05/11. N'hésitez pas à y jeter un oeil! {Serpentard ,Poufsouffles, Serdaigles & Gryffondors}
De nombreux PV sont encore attendus! Harry Potter & Lord Voldemort (voir avec admin), Blaise Zabini... {liste complète}
Faites vivre le forum : ♠️ ♠️ ♠️ ♠️♠️ ♠️♠️
Visitez notre page de {Partenaires}
Nous avons besoins de Harry Potter et ses compatriotes, ainsi que des Mangemorts & Voldemort URGENT !

Partagez | 
 

 Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité




MessageSujet: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 19:50


Yasashii Hiroki James
« SERAIS-TU UN SORCIER DANS L'ÂME? »

© Videl
PRÉNOMS : Hiroki James Leeroy Daishirô. Mais ses amis ne l'appelle que par son premier prénom, Hiroki. Parfois son deuxième prénom est utilisé mais dans de rares cas uniquement.

NOM : Yasashii

ÂGE : Dix-sept années.

FRÈRES/SOEURS : Il a eu un grand frère autrefois, Kazuto Edward Yasashii, mais aujourd'hui il est fils unique.

ORIGINES & ASCENDANCE : Yasashii est le nom d'une famille de sorciers illustres japonais. Une partie de sa famille était venue s'installer en Angleterre vers la fin du 17ème siècle. Ceci sépara la famille en deux branches, celle du monde oriental d'où provient Hiroki, et celle du monde occidental, qui vit dans la campagne reculée de Londres. Hiroki est le dernier descendant de la branche orientale.

ANNÉE D'ÉTUDES : Septième année d'étude qu'il entame à Poudlard.

MAISON SOUHAITÉE : Gryffondor.

COMPOSITION DE LA BAGUETTE : 27 cm. Bois de cerisier japonais. Crin de licorne.

ft. Hogata Hiroto (Alice Nine)



« AINSI SOIS-JE »

CARACTÈRE :

« Parce qu'il y a des blessures plus profondes, celles qu'on ne peut pas refermer avec un bout de sparadra. »
Excentrique, foufou, trop mignon et déterminé, en somme carrément abracadabrant. Ce sont les mots qui caractérise le plus fidèlement le jeune Hiroki James Yasashii. Mais cette description est bien insuffisante pour faire le tour du personnage. Naturellement, il est un jeune homme espiègle et tout à fait naïf. Doux et très sensible, on peut lui faire confiance et parler de beaucoup de choses avec lui. Quand il était en compagnie de son frère, c'était une toute autre personne. Il n'existait alors plus qu'eux deux, la joie, les conneries et les rires. Le jeune homme ne faisait que sourire et faire le pitre. Chose qu’il sait faire mieux que personne soit dit en passant. Quoi de meilleur que de partager des moments pareils avec son frère. Malheureusement, le destin en a décidé autrement et lui a enlevé cette immense source de joie. Si vous apprenez à le connaître, vous vous rendrez compte que malgré ses airs joyeux, il cache un tristesse sans fond. On ne perd pas la moitié de sa famille sans laisser derrière soi une part de soi-même. Depuis, sourire lui est tout de même plus difficile mais ce n’est pas un cas désespéré non plus. Il cache son chagrin encore vif et rares sont les personnes qui peuvent le voir quand tout est trop dur à supporter et que les larmes inondent son visage. C'est tout de même un jeune homme très extraverti et adorable comme tout. Il aime rire et tombe facilement amoureux, trop facilement... Il peut très bien s'arrêter en pleine phrase pour s'exclamer de manière délirante sur quelque chose de mignon que c’en est normal ; Hiroki a beaucoup de petites mimiques mignonnes qui en ferait craquer plus d'un(e). Un peu foufou, il ne fait pas toujours attention à ce qui l'entoure et est donc sujet à la maladresse. Maladresse parfois même excessive qui peut énerver ou faire sourire. Il n'aime pas voir quelqu'un se faire maltraiter devant lui et il se fâche tout rouge quand cela arrive, même s'il ressemble alors une mini crotte. L’arrogance ne lui est pas étrangère bien entendu. En revanche, il n’est pas impulsif et ne se battra pas pour quelques broutilles. Mais essayez donc de vous en prendre aux gens qu’il aime et l’effet « crevette » vous apparaîtra soudainement comme un paradis perdu. Comme la plupart des japonais, il est d’un tempérament déterminé et lorsqu’il lui prend de faire quelque chose, il le fait à fond et il ne s’arrêtera que quand il aura atteint son but. Hiroki est quelqu'un qui se soucie des autres. Si il se lie avec quelqu'un, il lui sera fidèle quoi qu'il arrive. Et au contraire, sa pire manie est évidement de fourrer son nez partout. Il se mêle de chose qui ne le regarde en aucun cas et s'attire bien souvent des ennuis.

Ce qu'il aime ? Les bonbons, les gâteaux, les sucettes, les biscuits. Vous savez, ceux qui sont de toutes les couleurs et carrément délicieux. Hiroki ne peut tout simplement pas y résister. Les trucs mignons le font tout autant craquer et les gadgets de farce et attrape n'échappent pas non plus à la règle, il aime faire des farces quelques fois. Il adore rencontrer de nouvelles personnes et aime la beauté humaine dans tout sa splendeur. Ce qui le fait fondre chez quelqu'un ? La courtoisie et un magnifique sourire. Peu importe si la personne a un caractère de chien, tant qu’elle sait être tendre quelque fois. Il tient beaucoup à sa tante et à sa cousine puisqu’elles sont les dernières personnes de sa famille qui lui reste, il ferait tout pour le bonheur de ces dernières. Mais ce qu'il aime par dessus tout c'est la musique. Rien que ce mot, la « musique ». Hiroki en aurait presque des frissons à l’entendre. Par conséquent, il ne se sépare que rarement de ses guitares : une sublime guitare électrique de la couleur noire mat, chromée et striée d'une longue bande bleu roi et une guitare sèche en bois couleur chocolat verni, les contours sont beige clair.
En gros, il passe son temps à manger et à jouer de la guitare.

Ce qu'il déteste ? Quoi de plus haïssable que la méchanceté gratuite surtout si celle-ci aboutie à la violence. Comme on dit : "Peace and Love ♥". Non mais plus sérieusement c'est insupportable d'assister à ce genre de scènes. Du coup, Hiroki déteste se faire maltraiter. Et dans la catégorie des insupportables, on retrouve aussi l'égoïsme. Penser à son nombril et seulement à ça c'est une chose qu'Hiroki déteste. Il préfère penser aux autres avant de penser à lui-même. Ah oui, et il n'aime pas les choux de bruxelles.

APPARENCE PHYSIQUE :

First Part ~. Beginning of the End.
[ Le protagoniste de cette scène est extérieur à la vie de M. Hiroki J. Yasashii. Il est le témoin d’une apparition peu commune, peut-être la plus extraordinaire de toute son existence. Il aura eu la malchance de croiser le jeune homme et ses poursuivants. ]

Le crépuscule laissait apparaître ses premières lueurs teintées de rose pâle et d’ocre. La lumière diffuse subsistait après le coucher du soleil et Okuni décida de rentrer enfin chez lui après avoir passé sa journée toute entière assis sur ce banc de bois. Aux abords de la grande ville de Tôkyô, une légère brise remuait les branches dénuées de végétation recouvertes de neige de la petite place déserte et ce fut précisément au moment où le vieil homme s’appuya sur ses jambes pour se relever qu’ils apparurent. Ces hommes portaient de longs manteaux et l’un d’apparence plus jeune et frêle que les autres semblait être le poursuivi et les deux autres les poursuivants. Ils étaient humains mais tout en eux respirait l’étrange et le merveilleux. Le vieil homme porta son regard sur le jeune homme qui venait de se mettre face à ses agresseurs. Cette créature appartenait aux ténèbres, Okuni en était certain. La sagesse indiquerait qu’il parte maintenant, sur-le-champ. Mais la beauté et l’étrangeté de cette apparition l’en empêchait comme si deux mains invisibles le retenaient et le maintenaient en position assise sur ce banc. Il sentait que cette rencontre était hors du commun, quelque chose d’agréable et d'effrayant à la fois. La silhouette du jeune homme était svelte et si agréable à l’œil que c’en était presque un crime. Il était vêtue d’un long manteau noir surmonté de quelques broderies rouges sur le capuchon et sur le bout de ses manches. Il le maintenait ouvert malgré le froid qui sévissait sur la région. En dessous, il portait pour seuls vêtements un jean de tissu noir et son boxer qui remontait légèrement plus haut que le pantalon. Le bas de son jean était froissé et se serrait sur ses genoux. Son torse n’était recouvert de rien d‘autre que de l‘air glacial de la nuit qui s‘installait peu à peu. Okuni supposa qu’avec des poursuivants à ses trousses, il n’avait pas vraiment eu l’occasion de se préoccuper de ce détail. Des bottes de la même couleur que son manteau montaient jusqu’au dessous de ses genoux. Deux anneaux d'acier en marquaient le cuir de part et d'autre de ses jambes. Il donnait l’impression de sortir tout droit d’un de ces films où se réunit toute la fine fleur des espions et des crapules de la ville. Son habit épousait parfaitement ses formes sans défauts et Okuni ne pouvait pas détourner le regard de ce bel homme en difficulté.
Le temps paraissait ne plus exister. Et dans le silence du crépuscule, le vieil homme avait l’impression que sa respiration, qui n’était pourtant pas si bruyante que ça, équivalait au bruit que peut faire un orchestre symphonique au meilleur de sa forme. L’un des poursuivants pivota alors sur ses pieds avec un telle assurance qu'il en eut le souffle coupé. Il s’avança vers Okuni, comme l’aurait fait une procession : majestueusement et avec une lenteur insoutenable. Plus il s’approchait plus l‘urgence de partir se faisait ressentir, plus il réduisait la distance entre eux plus il sentait que toutes ses forces l’abandonnaient ; le laissant là, sur son banc humide face à un homme qui avait un pouvoir de vie ou mort sur lui. Comment savait-il cela ? La réponse est la plus simple du monde. Le jeune homme qu’il avait observé quelques secondes plus tôt hurla. « Non ! Ne touchez pas à lui ! C’est un Moldu qui n’a rien a voir avec moi. Laissez le tranquille ! » Le fin visage du garçon était d’un blanc immaculé et la luminosité donnait à sa peau une couleur presque argentée, cela se voyait à peine. De la couleur de l‘encre, ses cheveux tombaient sur sa nuque et étaient ébouriffés et quelques mèches tombaient devant ses yeux et se collait à sa mâchoire parfaitement dessinée.
C’est au moment où l’agresseur arriva à la hauteur d’Okuni que le vieil homme s’aperçut que les trois personnages avaient tous un morceau de bois à la main. Toute personne réaliste et un peu terre-à-terre aurait rétorqué « Bah ! Ce n’est rien ! ». Oui mais dîtes donc cela à Okuni. L'intention meurtrière dans les yeux de l’homme paraissait presque palpable tant elle prenait aux tripes. Il pointa son bout de bois vers lui et commença à prononcer une sorte de formule. Mais en quelques secondes, des éclairs de lumières rouges filèrent vers les deux hommes et ils tombèrent à terre comme pétrifiés.
La vue de cette scène extraordinaire tordit l'estomac à Okuni qui était désormais totalement pétrifié. La dernière chose que vu ce pauvre homme fut le sourire désolé, qui étira les douces lèvres de celui qui venait de lui sauver la vie et qu’il nomma dans un dernier souffle « sorcier ». Ce dernier prononça dans un souffle un mot qui ressemblait à « Oublier » ou « Oubliettes » et dans l’esprit d’Okuni, ce fut le trou noir.

Second Part ~. You will turn around on him in the street...

Hiroki a une tête, deux bras et deux jambes comme n’importe quel homme. Mais ces renseignements sont bien insuffisants me direz-vous. Très bien. Un mètre soixante deux et cinquante six kilogrammes tout mouillé. Il est comme qui dirait « bâtie comme une crevette » ou encore « taillée dans un bâton de sucette » mais elle ne s’envolera pas non plus au premier coup de vent. Ses cheveux ? Ils sont de la couleur de l’encre, noir de jais. La luminosité donne quelques fois des reflets rougoyants à sa chevelure, cela est tout à fait charmant à regarder. Il tient la beauté de son minois de sa chère mère et pour ainsi dire, si on zappe la stèle où elle repose maintenant, c'est réellement la seule chose qui lui reste de sa magnifique génitrice. Son visage est plutôt fin. Il a, comme qui dirait, une gueule d'ange sans le caractère qui va avec. Il montre beaucoup de sentiments et peut paraître envahissant quelque fois mais après cela, il est une personne des plus charmantes. Si vous le croiseriez dans la rue, il serait sans faute celui vers lequel vous vous dirigeriez pour demander votre chemin. Quand il s'agit d'un but qu'il s'est fixé (peu importe la nature de ce but : enquiquiner son monde de manière professionnelle ou aider une personne chère à ses yeux) une détermination sans bornes vient durcir les traits de son visage. Ses pupilles sont d‘une couleur très foncée, profonde. Sa mère lui disait souvent qu’il avait des yeux de chat. Il aimait particulièrement cette comparaison car un chat c’est mignon et que la comparaison faisait de lui un garçon mignon. D’autre part, son corps frêle n'est qu'une apparence et sous ses airs de jeune homme fragile se cache en réalité un garçon fort et entraîné aux disciplines martiales et à la magie. Côté vestimentaire, il s'habille avec tout et n’importe quoi. Chemises, T-shirt près du corps, jeans, pantalons, vestons. Rien n’est laissé au hasard et il aime être bien habillé et assortir ses couleurs. Il adore porter de grandes bottes comme de petites baskets de couleur. Depuis son arrivée à Poudlard, il est bien entendu vêtu de l’uniforme de sa maison et à vrai dire, il lui va particulièrement bien. Ses couleurs de prédilection sont le noir, le blanc, le rouge et le gris.
Globalement, Hiroki est vraiment beau voire carrément attirant.

HISTOIRE :

First Part ~. Let’s Begin.

« La vie c'est comme un arc-en-ciel : il faut de la pluie et du beau temps pour en voir de toutes les couleurs. »

Il était une fois une magnifique journée ensoleillée où le vent soufflait très peu, juste ce qui fallait. L’horizon était parfaitement clair et dégagé. On sentait que le beau temps allait durer quelques jours encore. Non loin du lieu qui nous intéresse, les abeilles butinaient les fleurs de toutes les couleurs et les oiseaux chantaient sous le ciel bleu… Mais ça, on s'en fou. L'histoire de Bambi ça sera pour une autre fois. <3 L’histoire d’Hiroki est bien loin d’être aussi rose malgré ce que son origine sociale suggère de prime abord. Certes il y avait de l’herbe là où les premiers cris du petit prince ont retentis mais elle était bien loin d'être fraîche, pleine de rosée et tout et tout. C'était un gazon mal entretenu devant l'entrée du Grand Hôpital Bouin Tôkyô. Le peu de neige qui y était tombée la veille au soir fondait déjà sous les rayons d'un soleil d'hiver. Au dessus de la couveuse, un petit garçon était émerveillé devant la beauté de la petite chose qui dormait à l'intérieure. Tout était si petit, si fragile. Il était tellement beau et il était si fier d'être le grand frère du plus mignon des petits garçons. C’était un beau bébé et lorsqu’il dormait on aurait dit une de ces si belles poupées de porcelaine tant par le visage angélique que par la blancheur de son teint. Quand ses petites pupilles trouvèrent leur couleur définitive, passant alors du bleu commun à tous les bambins au très beau noir d‘encre, son entourage ne s’émerveilla que davantage devant la précoce beauté de l’enfant. Ses parents étaient des gens biens, attentionnés mais relativement absents, leurs occupations leur prenaient beaucoup de leur temps. Parfois à un tel point que le jeune Hiroki ne les voyait pas de la journée. Cela ne les empêchaient pas d'aimer leurs deux beaux enfants de tout leur cœur. La famille Yasashii faisait partie des familles les plus riches et les plus respectées du Japon ; et s’il eu fallu compter toute leur fortune, cela n’aurait jamais eu de fin, elle s’accroissait chaque jour un peu plus. Ils travaillaient tous les deux comme Aurors au Ministère de la Magie japonais et leurs supérieurs étaient très fiers du boulot qu’ils accomplissaient.
Hiroki a grandi dans un univers de joyaux scintillants et de soirées mondaines. Les fanfreluches était son quotidien et un sourire poli s'affichait sur son visage d'apparence si sage à chaque fois que les importants invités de ses parents lui adressait la parole. Parfois son père recevait le Ministre de la Magie japonais Taitochi Yamanaka en personne. Il se souvenait toujours du Ministre comme d'un homme de taille moyenne et toujours souriant. Il impressionnait beaucoup Hiroki à l'époque et bien des années plus tard, lorsqu'il le rencontra à nouveau lors de l’enterrement de sa mère et de son frère, il le trouva bien moins impressionnant mais toujours aussi souriant et même rassurant face au jeune homme qui venait de tout perdre. Ainsi, lors de toutes ces réceptions, il se tenait tranquille par respect pour ses chers parents. Mais intérieurement, il hurlait. Hiroki détestait -et déteste toujours- au plus haut point tout ce protocole de politesse, au contraire de son cher grand frère Kazuto. Ce dernier prenait son rôle de grand frère très au sérieux et passait le clair de son temps avec son cadet, lui apprenant des tas de trucs comme le ferait un tout jeune, c'est-à-dire les choses essentielles de la vie comme par exemple comment aller piquer des biscuits dans le placard de la cuisine debout en équilibre sur une chaise ou rendre fou les chiens du Moldu voisin en lui tirant des boulettes de papiers mâchées à la truffe. Les années qui suivirent la naissance du petit garçon furent merveilleuses. Mais ce n'est pas l'histoire de la petite maison dans la prairie qui est racontée ici et comme la vie est injuste et cruelle, il fallait bien que la famille Yasashii reçoive son lot d'atrocités…


Second Part ~. The Decline.

« Je pleurais quand je vins au monde, et chaque jour me montre pourquoi. »

Keiro no Yokomichi. Ou si vous préférez, la rue semblable au Chemin de Traverse à Londres mais située en plein cœur de la grande ville de Tôkyô. C’est ici que se rendent les sorciers tokyoïtes pour faire leurs emplettes.

« Oh ! Regarde le petit là. »
« Il est à croquer ! C'est l'enfant de..? »
« Mais tu le connais. C’est le cadet de cette auror qui a perdu son mari il y a quelques mois. Yasashii Tsukushi, sa mère est maintenant seule pour élever ses deux enfants. »


« Hiroki, tu viens ? On y va. »

Le petit garçon était adossé à l’encadrement de la boutique de chaudrons et d’ingrédients de potions en tout genre. Les autres passants se retournaient devant lui, rejoignant les boutiques dans lesquelles ils avaient à faire en jugeant le petit bout de chou de six ans vraiment trop mignon. Kazuto, de cinq ans l’aîné d’Hiroki s’avançait vers son jeune frère qui réagit à l’appel de son prénom. Le garçon se jeta dans ses bras en lançant un « Nii-san* ! » adorable. Son sourire était sincère. Aujourd’hui était un jour doublement spécial, cela faisait quatre mois. Il était parti, son père n’était plus depuis tout ce temps. Mais malgré la tristesse que les Yasashii ressentaient encore, il avait une grande nouvelle à annoncer à leur cher père et après avoir acheter les affaires dont son frère aurait besoin pour sa rentrée à Mahou Gakuen, l’école de sorcellerie japonaise, ils iraient annoncer l’admission de Kazuto à leur père. Il aurait été très fier de son fils aîné et cette perspective atténuait un peu leur chagrin.


Maintenant, le jour devient la nuit,
Vous serez toujours des êtres chéris
Je croisais de mes yeux vos regards
C'était trop tôt si c'était déjà tard.


Les deux enfants, et ce depuis leur naissance, avaient un don relativement peu répandu. Non, ils n'avaient pas de prédispositions particulières à enquiquiner le monde de façon professionnelle, enfin quoique... Non, dans leur cas, ils avaient tout simplement une fâcheuse tendance à s'attirer des ennuis et une poisse pas possible les suivait - chose toujours valable aujourd'hui pour le jeune Hiroki -. Bien entendu, rien de grave n'était encore arrivé, seulement quelques bricoles quand ils jouaient. Une fois, Kazuto avait été sévèrement réprimandé pour avoir enfreint une bonne douzaine de lois du Ministère en perdant sans aucune raison le contrôle de son balai et en s’était retrouvé accroché à un lampadaire en plein Tôkyô. Initialement, il n'avait pas eu de mauvaises intentions mais son balai n‘en avait fait qu‘à sa tête et bien entendu les passant de la rue où il avait atterri tant bien que mal avait été soumis au sortilège d‘Oubliettes et tout était rentré dans l‘ordre. L’aîné Yasashii n’avait pas été punis par les gens du Ministère mais leur mère Tsukushi n’avait pas été si tendre et il dut laver la vaisselle à la main, sans avoir le droit d’utiliser la magie pendant un mois. Il y avait tant d'exemple comme celui-ci concernant tout aussi bien l'aîné que le cadet qui, ne l‘oublions pas, était aussi du genre maladroit et gaffeur. Ils y étaient habitués depuis le temps mais ils ne savaient pas ce que cette poisse allait frapper si fort quelques temps plus tard...


Nous ne pourrons plus parler
Car ce monde vous a tués...
Le temps s'arrête brusquement.
Ne serait-ce que pour quelques instants ?


Hiroki était âgé de seize ans et Kazuto recevrait vingt et un ans quelques jours plus tard. Or le destin en avait décidé autrement, cette vie était bien trop belle pour continuer ainsi. L'aîné se trouvait alors dans la cuisine, coupant alors quelques pèches qu‘ils mangeraient ensemble ; son petite frère se trouvaient dans le petit salon, ils s‘étaient prévu une soirée rien qu‘à eux deux pour une fois. Kazuto avait terminé ses études et était devenu lui aussi un très bon auror. Le Nyushu no Sen’nin** signalaient depuis quelques jours une série de meurtres s’étant produits un peu partout dans le Japon. Personne ne savait pourquoi ces gens étaient morts mais ils avaient tous été retrouvés sans vie et parfois, s‘ils avaient eu l‘occasion de se défendre, baignant dans leur sang. Bien sûr lorsque Kazuto avait entendu parler de ça, il avait refermé le journal en se disant que ce genre d'horreur ne leur arriverait jamais, il était auror maintenant et si quelqu’un venait s’en prendre à eux, il l’accueillerait comme il se doit c’est-à-dire à coup de baguette magique et de sortilèges ; il n'y fit pas plus attention. C'était bien sûr une réaction stupide, d'un jeune sorcier promu récemment auror. Croire que ce genre de chose n'arrive qu'aux autres est bien naïf quoique humain. La suite ? Le craquement familier du parquet dans le couloir se fit entendre. Bizarre, leur mère ne devait rentrer que dans trois jours car elle était en déplacement en Chine pour le compte du Ministère de la Magie et il n’attendait personne à cette heure-ci. Kazuto releva la tête, puis à peine quelques secondes plus tard il vit un homme aux cheveux longs et sales, vêtu d'une cape marron usée à plusieurs endroit se présenter dans l’entrebâillement de la porte du salon. Il ne ressemblait en rien à un homme à proprement parler et faisait plus penser à un sauvage qu'autre chose. L’aura qu’il dégageait n’avait rien de rassurant, au contraire tout en lui respirait le sadisme et alors qu’il s’avançait vers les deux jeunes gens, un sentiment menaçant semblait leur peser de plus en plus lourd. L’homme brandissait une longue baguette en bois gris. Ils étaient terrorisés. Puis tout se passa tellement vite. Le cadet n'eut pas le temps de réagir, son frère s’était précipité sur l’homme, arrivé alors au niveau de la porte de la cuisine et son cri retentit. Un horrible silence suivit, ponctué d’éclairs de lumières, du son de divers choses qui se brisait sous le coup des maléfices et soudain une lumière verte et un bruit ignoble de chair déchiquetée. Puis de nouveau un silence de plomb, lourd de sens. Les yeux d’Hiroki s'agrandirent, il vint dans l’encadrement de la porte de la cuisine et la scène qu’il y vit l’empêcha de bouger davantage, pas même d'un centimètre. Le géant, terrifiant, s’avança légèrement et traînant l’aîné Yasashii derrière lui, il le balança d’un geste vif de la main. Son corps décolla de quelques centimètres pour retomber aux pieds d‘Hiroki, presque démantelé et inanimé. On aurait cru que ce psychopathe de tueur en série était sorti tout droit du journal. Ce dont se souvient le jeune homme de ce moment précis fut le rire glauque qu'émit l'homme qui venait d'ôter la vie à son frère. Ses jambes lui refusaient tout mouvement, une boule lui serra l'estomac au point qu'il avait envie de vomir. Sa gorge devint très sèche et il resta quelques minutes là, à fixer le corps sans vie à ses pieds. Le rire rauque s’éleva une nouvelle fois et il dura encore et encore. Une chose pareille ne pouvait pas arriver, ça ne pouvait pas être possible ! Pas son grand frère adoré, pas lui ! Il devait être en train de rêver, ça ne pouvait être qu'un cauchemar et il finirait bien par se réveiller n'est-ce pas... ? Non. Ça n'était que l'horrible réalité, les faits étaient là. Quelque chose en Hiroki refusait d'accepter la vérité si frappante fut-elle. Comment une chose pareille avait-elle pu arriver ? Cet homme ignoble, pourquoi était-il arrivé et pourquoi avait-il ôté la vie de son cher grand frère ? Puis le jeune homme réagit enfin. Il se mit à hurler, hurler si fort. Il aurait pu crier encore des heures durant. Le monstre s'arrêta alors subitement de rire. Malgré le fait qu'il n'est qu'affaire à un jeune étudiant naïf et traumatisé par ce qui venait tout juste de se passer, il esquissa comme un mouvement de recul. Non, il n'avait pas peur de ce gamin qui hurlait tout ce qu'il pouvait mais son instinct lui avait dit de reculer pour une raison qu'il ignorait. Hiroki se jeta sur l'homme de toutes ses forces. Vous me direz que c'était une tentative bien vaine et que sa force de moustique n'aurait pas d'effet sur le colosse mais attendez de lire la suite. En passant devant la table de la cuisine, il avait saisi le couteau que son frère avait utilisé quelques minutes auparavant et quand il percuta l'homme de plein fouet, Hiroki avait les bras en avant, voulant étriper et égorger cet assassin de ses petites mains. Le fait est qu'au final, ses bras rencontrèrent le cou de cet homme. Résultat ? Avec la poussée, le couteau alla se loger sous le menton mal rasé du tueur et lui embrocha la tête par la même occasion. C'est pourquoi, quand les hommes du Ministère arrivèrent enfin, ils trouvèrent un jeune garçon de seize ans, à genoux sur le sol, le regard vide, face au corps d'un jeune homme qui n'aurait jamais vingt et an ans dont la chevelure noire baignait dans une marre de sang et dans le jus de quelques pèches...


De si beaux moments
Perdus dans les aléas du temps.
Nous ne serons plus ensemble
Et puis ce monde qui s'en fou…

Third Part ~. Don’t stop living.

« Il faudrait essayer d'être heureux ne serait-ce que pour donner l'exemple... »


Une rose blanche à la main, Hiroki parcourait l’allée de gravier gris et blanc sous une petite bruine. Des sépultures, toutes aussi fleuries les unes que les autres, bordaient le chemin. Première, deuxième, troisième allée sur la droite. Il s’y engagea et continua sa route encore sur quelques mètres avant de s’arrêter. Le marbre blanc était gravé de quelques inscriptions : « James Edward Yasashii 1952 - 1986 », « Kazuto Edward Yasashii 1974 - 1996 » et « Tsukushi Yasashii 1954 - 1997 ». Hiroki posa la rose sur la stèle et brûla le bout d’un encens. Tellement de choses avaient bousculées le cours de sa vie et le lendemain il s'en allait pour une nouvelle ville, Londres. Lorsqu’il avait six ans, son père avait perdu la vie lors d’une mission qu’il exécutait en tant qu’auror. Puis un psychopathe sorti d’on-ne-sait-où ôta la vie à son grand frère, cela faisait maintenant presque un an. Et comme si quelqu’un avait décidé de lui enlever tous les êtres chers à ses yeux, c'était sa mère qui était partie il y a un mois, morte de tristesse. Le marbre blanc ruisselait sous la pluie devenue battante et les pétales de la rose blanche s’en allaient déjà au gré de l’eau. Hiroki J. Yasashii, droit comme un « i » regardait d’un air vague les lettres gravées dans la pierre. Puis, à peine porté par ses pieds, le jeune homme se dirigea lentement vers la sortie du cimetière. Les pensées affluaient dans son esprit, il réfléchissait. M’être de l’ordre dans ses souvenirs était une chose bien trop difficile alors il se laissa aller à un état proche de la léthargie. Le voilà assis, seul avec sa tristesse. Il repensa à sa vie, avec eux et il ne réussit pas à cacher sa faiblesse.
Le bois du banc était détrempé et Hiroki regarda vers le ciel. De grosses gouttes de pluie s’écrasaient sur son visage défait. Il se laissa choir comme cela pendant plus d’une heure. A ce moment, le jeune Yasashii souriant, entraînant et trop mignon avait disparu. C’était comme s’il n’avait jamais existé. Ses yeux foncés semblaient presque vides. Sa chemise blanche lui collait à la peau et son jeans était trempé lui aussi. De temps en temps, un passant traversait le parc où s’était réfugié l’étudiant, sans même lui jeter un regard. Il s'était perdu dans les aléas de sa mémoire douloureuse et ne voulut pas pleurer. Mais dans ce parc, ses larmes s'égarèrent. De ses deux pupilles s’écoulaient des perles transparentes. On ne les voyait pas, la pluie les emportait avec elle, le souffle d'Hiroki se faisait court et seuls quelques gémissements traversaient la barrière de ces lèvres bleuies par le froid. Pitoyable, il était pitoyable. Son corps était tellement engourdi qu’il ne rendit pas compte que la pluie avait cessé.
Il y a parfois des personnes qui partent trop vite... Et il en était conscient plus que quiconque. C'est pourquoi il faut profiter de la vie à fond, de chaque moment avec les personnes que l'on aime, ce que le jeune homme s’employait à faire avec soin. Reprenant ses esprits, il releva la tête et se gifla mentalement. Demain commençait une nouvelle vie chez sa tante et sa cousine de Londres. Il était hors de question qu’il les perdent elles malgré le fait qu’il ne les connaissât pas vraiment. De plus, pour la nouvelle rentrée il allait être transféré à l’école de sorcellerie Poudlard afin d’y finir ses études et ainsi être plonger dans une bataille dont il avait seulement entendu parler dans le journal. Le jeune homme se leva et d’un pas décidé, il prit le chemin d’une nouvelle vie.




* « Grand frère ! »
** Le Journal Sorcier au Japon.


« LE CÔTÉ MAGIQUE DE LA CHOSE... »

JUSTIFIE TON CHOIX DE MAISON :
Hiroki James Yasashii est un Gryffondor, cela ne fait aucun doute. Plus fidèle que lui à ses amis et à ses proches, on ne trouve pas. Il est, malgré son apparence frêle, prêt à faire n'importe quoi pour une personne chère. Nouvel arrivant à Poudlard, il ne connaît les évènements actuels que depuis peu de temps mais il a déjà son idée sur la question. Le Mage Noir est clairement un égoïste fini et toute une éternité aux enfers serait encore un châtiment trop doux pour une abomination comme lui. Pour ce qui est de Poudlard à proprement parler, Hiroki n'avait bien évidement jamais connu une telle disposition des élèves et une école comme celle-ci. Elle le fascine et il a bien l'intention de défendre cet endroit magique.
DANS QUEL CAMP EST-IL LE PLUS APTE À SE POSITIONNER?
Est-il encore nécessaire de poser la question ? Hiroki se positionne clairement dans le camp de l'Ordre du Phoenix et des opposants à Voldemort.

« LE MODLU DERRIÈRE L'ÉCRAN »

PRÉNOM/PSEUDO : Hiro-Chan alias Videl pour ceux qui me connaisse sous ce pseudo. ♥

ÂGE : Un, deux, trois... *compte sur ses doigts* Dix-huit ans ! =D

EXPÉRIENCE EN RP : Je RP depuis que j'ai douze ans et j'adoooore les gros pavés bien écrits. Je vous laisse juger avec ma présentation. =P

COMMENT AS-TU DÉCOUVERT School-of-Poudlard? : Grâce à Elisabeth V. Lawford et Kathleen R. Macgowen ! ♥

CODE DU RÈGLEMENT : OK D.M

AUTRE : J'adore la présentation du forum ! ♥




Dernière édition par Hiroki J. Yasashii le Dim 20 Mar - 19:51, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ronald B. Weasley

Ronald B. Weasley

 

 


ϟ MESSAGES : 241
ϟ GALLIONS : 267
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 18/10/2010
ϟ ÂGE : 20
ϟ CARTE DU MARAUDEUR : Derrière toi... *SBAF* Non, en fait, j'étais devant.

~ Le passe-partout du sorcier
Mes relations
:
Composition de la baguette:
Mes envies de sorcier
:

MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 19:54

VIVI-CHAN ! O/

Bienvenue ! =3

_________________________

Weasley is our King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 19:57

Nyah ! ♥

Eh oui, c'est moi ! \o/ *PAN*
Revenir en haut Aller en bas
Drago L. Malefoy

Drago L. Malefoy

 

 


ϟ MESSAGES : 939
ϟ GALLIONS : 1032
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2010
ϟ CARTE DU MARAUDEUR : Derrière toi ...et retourne toi vite

~ Le passe-partout du sorcier
Mes relations
:
Composition de la baguette: Aubépine, crin de licorne et 25 cm
Mes envies de sorcier
:

MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 21:35

Oui en effet il y a eu un beug pour le code, que je viens de changer. Mais je valide quand meme le tien, il était bon.

Bienvenue à toi et Bonne continuation pour ta fiche, en cas de souçis tu peux t'adresser aux admins. Bon amusement sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomas A. Kaulitz

Tomas A. Kaulitz

 

 


Masculin
ϟ MESSAGES : 617
ϟ GALLIONS : 799
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2010
ϟ CARTE DU MARAUDEUR : Là où les ennuis se trouvent.

~ Le passe-partout du sorcier
Mes relations
:
Composition de la baguette: 25 cm, nerf de coeur de dragon, bois de rose
Mes envies de sorcier
:

MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 21:46

Bienvenue et merci de nous avoir rejoint :Coeur2:

_________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 22:38

Merci à vous deux, je me dépèche de finir cette fiche ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité




MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Jeu 10 Mar - 23:47

VIDEEEEEEEEEL ! *saute dessus et la serre fort fort fort dans ses bras*

JE suis tellement heureuse que tu sois laaaaaaaaaaa *se mouche avec sa robe de sorcière*

(En plus ton perso est trop sexy *O*)

Enfin, bref, bienvenue chez les fous ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité




MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Dim 20 Mar - 19:53

Haha of course que mon Hiroki est sex' ! Fu fu fu ! ♥️

J'ai fini ma présentation ! Enjoy !
:Main:
Revenir en haut Aller en bas
Tomas A. Kaulitz

Tomas A. Kaulitz

 

 


Masculin
ϟ MESSAGES : 617
ϟ GALLIONS : 799
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2010
ϟ CARTE DU MARAUDEUR : Là où les ennuis se trouvent.

~ Le passe-partout du sorcier
Mes relations
:
Composition de la baguette: 25 cm, nerf de coeur de dragon, bois de rose
Mes envies de sorcier
:

MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Lun 21 Mar - 17:15

J'aime beaucoup ton histoire *-*
Tout est bon, je te valide, il n'y a plus qu'à attendre le Choixpeau :D

_________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité




MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Lun 21 Mar - 17:19

Nyahh merci !

Vivement le Choixpeauuu ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Choixpeau Magique

Choixpeau Magique

 

 


ϟ MESSAGES : 165
ϟ GALLIONS : 221
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2010
ϟ CARTE DU MARAUDEUR : Sur la tete des jeunes élèves ou dans le bureau d'Albus Dumbledore

~ Le passe-partout du sorcier
Mes relations
:
Composition de la baguette:
Mes envies de sorcier
:

MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   Lun 21 Mar - 17:22

Tiens tiens..Un nouveau choix évident.
Ta loyauté et ton étique me pousseraient bien à t'envoyer à Poufsouffle mais pourtant, tu n'y aurais pas ta place, tu as quelque chose en place: un grand courage, et un sens assez grand des valeurs. Pour toi, je pense qu'il vaudrait mieux...GRYFFONDOR!
Soutiens bien tes camarades petit, et ne me fais pas regretter mon choix..

_________________________


    Si vous allez à Gryffondor ,vous rejoindrez les courageux, les plus hardis et les plus forts,sont rassemblés en ce haut lieu.Si à Poufsouffle vous allez, comme eux vous s'rez juste et loyal,ceux de Poufsouffle aiment travailler .Et leur patience est proverbiale.Si vous êtes sage et réfléchiSerdaigle vous accueillera peut-être, là-bas, ce sont des érudits,qui ont envie de tout connaître.Vous finirez à Serpentardsi vous êtes plutôt malin ,car ceux-là sont de vrais roublards,qui parviennent toujours à leurs fins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://school-of-poudlard.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hiroki J. Yasashii débarque, gare à vos fesses ! [GRYFFONDOR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nuit d'ivresse, gare à tes fesses!
» Derrière la gare, terrain vague{Sonia
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» /Gare/Des retrouvailles peu habituelles…[PV : Soph',...
» Gare de Lyon
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Halte là, mon ami ! ♠ :: Cérémonie de répartition :: Navré, tu es un cracmol.-